Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Emploi-insertion

Le plan régional de lutte contre l’illettrisme

juin 2009, actualisé en février 2012

L’illettrisme, facteur d’exclusion

Le plan régional de lutte contre l’illettrisme (2008 - 2010)

Le 29 octobre 2008, le Plan régional de lutte contre l’illettrisme d’Île-de-France a été signé par le Président du Conseil régional et par le Préfet de Région, en présence du Recteur de Paris, du Directeur régional du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, de la Présidente du GIP CARIF Île-de-France et du Secrétaire Général de l’ANLCI.

Frédéric BLACHIER, ANLCI - GIP CARIF Île-de-France

Un défi est posé en Île-de-France : assurer l’accès de tous aux savoirs de base, pour permettre à chacun l’exercice d’une autonomie personnelle facilitant une insertion socioprofessionnelle durable et une citoyenneté pleinement assumée.

Etabli pour une durée de 3 ans (2008/2011), le Plan régional fait suite à un état des lieux régional publié en février 2007, ainsi qu’aux préconisations formulées lors du Forum Régional des Pratiques sur les enjeux de la formation de base en entreprise . Avec le soutien du comité de pilotage régional, un long travail de concertation entre différents acteurs (de la formation, du développement économique, de l’insertion et de l’emploi, etc.,) a permis d’élaborer un outil au service de la sécurisation des parcours professionnels et de la cohésion sociale.

Le plan régional vise principalement à :

• Rendre lisible la contribution de chacun des acteurs à la politique de lutte contre l’illettrisme.
• Mettre en cohérence et à organiser des moyens autour d’objectifs stratégiques préparant une programmation annuelle d’actions.

Cette programmation annuelle des actions est le moteur du déploiement de la politique régionale de lutte contre l’illettrisme, l’enjeu ayant été, pour cette première génération de plan, de construire collectivement des réponses pour changer d’échelle et inscrire durablement la lutte contre l’illettrisme dans une démarche concertée qui s’étend depuis 2009, à la prévention pour éviter que l’illettrisme ne prenne racine dès la petite enfance.

Chiffres clés

- 8% des franciliens ayant été scolarisés en France sont en situation d’illettrisme en juin 2007, ce qui représente 461 000 personnes.
- 10% des hommes franciliens sont concernés, 6% des femmes franciliennes.
- en 2010, 9,5% des jeunes franciliens ont été repérés en difficulté de lecture, dont 4,3 % en situation d’illettrisme à l’occasion des Journées d’Appel et de Préparation à la Défense (JAPD) renommées JDC (Journées Défense et Citoyenneté).

Sur les 461 000 personnes franciliennes en situation d’illettrisme :
• 12% ont entre 18 et 25 ans, c’est trois points de plus qu’en métropole,
• la moitié a plus de 44 ans,
• les hommes sont plus nombreux (59%), proportion similaire à la métropole,
• 80% parlaient le français à la maison à l’âge de 5 ans,
• 30% avaient une mère lectrice régulière,
• 58% ont une activité professionnelle, soit près de 270 000 franciliens.
• Parmi elles, 30% utilisent un ordinateur dans le cadre de leur emploi.
• 11% sont au chômage, soit près de 51 000 franciliens,
• 40% ont des ressources modestes.

Source : L’Enquête Information et Vie Quotidienne (IVQ) de l’INSEE Ile-de-France - « Plus de 900 000 franciliens en difficulté face à l’écrit » - INSEE Ile-de-France, A la page, février 2007.

Impression synthèse Partager Envoyer Impression sujet complet