Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Actualisation de l’ISSR : Indice de santé sociale d’IDF

27/06/2012

Actualisation de l’ISSR : Indice de santé sociale d’IDF

Un outil d’aide à la décision : l’Indice de santé sociale d’IDF.

Poursuivant la recherche d’indicateurs qui puissent caractériser la « dimension humaine » dans le développement d’un territoire, la MIPES et l’IAU Idf ont présenté en septembre 2010 un nouvel Indice de Santé Sociale Régional (ISSR).
Cet indice synthétique composé de 12 variables a été construit autour de 7 thématiques : la santé de la population, le logement, la scolarité, l’emploi, les revenus et les minima sociaux, le territoire et le surendettement.

Conçu comme un indicateur d’alerte, l’ISSR rassemble, en un indice unique, un faisceau d’indicateurs sociaux témoignant de difficultés dans différents domaines de vie et constituant autant de symptômes d’un dysfonctionnement de notre société.

L’évolution sur 12 ans de cet indicateur synthétique spécifique à la région Ile-de-France vient d’être actualisée pour la période allant de 1997 à 2009 ainsi que l’ISSR « avancé 2010 » par l’actualisation partielle de huit données disponibles pour l’année 2010.

Une santé sociale qui fluctue selon les périodes

La santé sociale est pour partie sensible à la conjoncture.
Après les années d’embellie de 1997-2001 qui se sont accompagnées d’une amélioration de la situation sociale, la situation s’est nettement détériorée entre 2001 et 2004 en raison principalement d’un net recul de l’emploi salarié en Ile-de-France : le taux de chômage de longue durée, le surendettement et la pauvreté ont augmenté.
La situation sociale est ensuite relativement stable entre 2004 et 2008 mais se dégrade dès 2009 sous l’effet de la crise financière intervenue fin 2008.

L’indicateur avancé atteste d’une détérioration en 2009 et 2010

L’actualisation partielle de l’indicateur par des données 2010 atteste bien d’une nette détérioration de la situation sociale depuis la crise intervenue fin 2008.
Ainsi, trois indices se détériorent très fortement depuis 2008 : le taux de chômage de longue durée (2,3% en 2008 à 3,1% en 2010), le nombre de dossiers de surendettement (262 en 2008 à 307 en 2010 pour 100 000 habitants) ainsi que la part de la population couverte par le rSa socle (3,7 % en 2008 à 4,3 % en 2010).
On peut également relever que deux autres indices sont aussi orientés défavorablement : l’indice logement et le taux de pauvreté. Ces évolutions défavorables ne sont compensées que partiellement par deux tendances plus favorables concernant la part des emplois salariés précaires et le taux de sortie du système scolaire avant la fin du second cycle.

► Pour en savoir plus, consulter la page dédiée à l’ISSR qui vient d’être réactualisée sur le site de la MIPES.

Partager Envoyer Impression