Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

La refondation de l’Ecole : un enjeu national

14/10/2013

La refondation de l’Ecole : un enjeu national

Quelle situation ?

150 000 jeunes en France quittent chaque année le système scolaire sans qualification, le déterminisme social s’aggrave, condamnant trop d’enfants et de jeunes des milieux les plus défavorisés à un échec scolaire très lourd de conséquences. La refondation ne peut se justifier uniquement par des motifs économiques. Un collégien « en décrochage » ne sera guère motivé par la perspective d’une augmentation du PIB. Ce serait nous rabaisser tous collectivement que d’offrir aux enfants et aux jeunes cette unique perspective. Il est donc primordial de construire tous ensemble une école dans laquelle chacun se sent respecté dans ce qu’il est, dans son histoire, dans son appartenance familiale, dans son quartier. Sans tout cela, il ne peut pas y avoir d’accès aux savoirs.

Quelles propositions innovantes ?

Pourquoi l’école est-elle impuissante face à l’échec scolaire de beaucoup d’enfants et de jeunes de milieux très défavorisés ? Comment construire une école qui ne laisse personne sur le bord du chemin, une école qui permette la réussite de tous les élèves, y compris ceux qui sont le plus en difficulté ? Pour répondre à ces questions, Régis Felix (1) et 11 enseignants ont analysé des pratiques pédagogiques qui ont fait la preuve de leur efficacité et ils nous livrent les clés qui leur ont permis de lever les obstacles. Ils nous amènent à réfléchir sur ce que notre système éducatif et tous ses acteurs peuvent apprendre des parents, des jeunes, des enfants qui connaissent la grande pauvreté et qui savent comment l’école doit être refondée afin qu’elle s’adresse réellement à tous. « Ce livre(2) prend l’exact contre-pied du discours médiatique. [Les enseignants qui y ont participé] vivent leur métier avec passion, ont en commun d’avoir transformé et enrichi leur manière d’enseigner à partir d’expériences d’engagements et de partages avec des personnes confrontées à la grande pauvreté. Ils se sont donné les moyens d’étudier leurs pratiques individuellement et collectivement pour rendre explicites et communicables les savoirs pratiques qui leur permettent de réussir et de se passionner pour l’enseignement dans les situations difficiles. » (Extraits de la postface du livre Tous peuvent réussir ! de Pascal Galvani).

Une démarche globale

Tout cela nécessite aussi de solides engagements : L’engagement de l’Éducation Nationale, donc de la nation, la loi de refondation de l’école est une étape. Un engagement des enseignants avec leur conviction que tout enfant est capable d’apprendre et que tout enfant a le droit d’accéder à un savoir émancipatoire. Enseigner nécessite un travail sur soi, une transformation de son regard sur l’élève et sur ses parents. L’Éducation Nationale doit pouvoir donner aux enseignants les moyens d’analyser leurs pratiques quotidiennes tout au long de leur carrière pour que ces convictions les animent. Mais aussi et surtout il est nécessaire d’obtenir l’engagement des parents. Les fédérations de parents l’affirment à juste titre : l’école est celle de tous, sans discrimination. Ce sera vrai grâce à une action concertée et volontariste des parents dans un partenariat avec les enseignants pour une école qui n’exclut pas et favorise le changement en profondeur.

Le 21 mai 2013, après une proposition de la Commission de la culture, de l’éducation et de la communication, cette démarche a été reconnue au Sénat par l’adoption d’un nouvel article 3 de la loi sur la refondation de l’Ecole. Cet article dispose que les grands principes de l’éducation se retrouvent notamment dans la lutte contre les inégalités sociales, l’affirmation que tous les enfants partagent la capacité d’apprendre et de progresser ou que l’école se construit avec la participation des parents.

(1). Régis Felix, d’abord professeur de physique au lycée puis en classe préparatoire, enfin principal d’un collège de banlieue pendant sept ans, a écrit, « Le principal, il ne nous aime pas » - Chroniques Sociales et Editions Quart Monde - 2011.
(2). « Tous peuvent réussir, Partir des élèves dont on attend rien » de Régis Felix et onze enseignants, Editions Quart Monde - 2013.

Richard GALICIER, Mouvement ATD Quart Monde.

Partager Envoyer Impression