Mipes Ile-de-France

  Ma mipes en quelques mots
.

Risque de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’UE27

27/02/2012

Risque de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’UE27

En 2010, 23% de la population de l’UE27 était menacée de pauvreté ou d’exclusion sociale, et 27% des enfants de moins de 18 ans.

En 2010, 115 millions de personnes, soit 23,4% de la population, étaient menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale dans l’UE27. Cela signifie que ces personnes étaient confrontées à au moins une des trois formes d’exclusion suivantes : risque de pauvreté1, en situation de privation matérielle grave2 ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail3.
La réduction du nombre de personnes confrontées dans l’UE au risque de pauvreté ou d’exclusion sociale est un objectif clé de la stratégie Europe 2020.

En 2010, les plus fortes proportions de personnes menacées de pauvreté ou d’exclusion sociale se situaient en Bulgarie (42%), en Roumanie (41%), en Lettonie (38%), en Lituanie (33%) et en Hongrie (30%), et les plus faibles en République tchèque (14%), en Suède et aux Pays-Bas (15% chacun) ainsi qu’en Autriche, en Finlande et au Luxembourg (17% chacun).
Ces données proviennent d’un rapport publié par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

16% de la population menacée de pauvreté monétaire dans l’UE27
Si l’on observe séparément chacun des trois éléments définissant le risque de pauvreté ou d’exclusion sociale, on constate que 16% de la population dans l’UE27 et 13,5% concernant la France était en 2010 à risque de pauvreté après prise en compte des transferts sociaux, c’est à dire que leur revenu disponible était en dessous du seuil national de risque de pauvreté.

8% en situation de privation matérielle grave
Dans l’UE27, 8% de la population était en situation de privation matérielle grave, ce qui signifie que leurs conditions de vie étaient limitées par un manque de ressources, comme par exemple le fait de ne pas être en mesure de régler leurs factures, de chauffer correctement leur logement, ou de prendre une semaine de vacances en dehors de leur domicile.
La proportion de personnes en situation de privation matérielle grave différait fortement selon les États membres, variant de 1% au Luxembourg et en Suède, 6% en France à 35% en Bulgarie et 31% en Roumanie.

10% vivant dans des ménages à très faible intensité de travail
Concernant l’indicateur de faible intensité de travail, 10% de la population âgée de 0 à 59 ans vivait dans l’UE27 dans des ménages où les adultes avaient utilisé moins de 20% de leur potentiel total de temps de travail au cours de l’année passée.
Les plus fortes proportions de personnes vivant dans des ménages à très faible intensité de travail se situaient au Royaume-Uni et en Belgique (13% chacun), et les plus faibles au Luxembourg, en Suède et en République tchèque (6% chacun). La France se situe au même niveau que la moyenne européenne, soit 10%.

Les enfants davantage menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale que le reste de la population
Dans l’UE27 en 2010, 27% des enfants de moins de 18 ans étaient confrontés à au moins une des trois formes de pauvreté ou d’exclusion sociale, contre 23% pour la population en âge de travailler (18-64 ans) et 20% pour la population âgée (65 ans et plus).
Les enfants étaient les plus touchés dans 20 États membres, la Roumanie ayant la plus forte proportion avec 49% et la Finlande, le plus faible taux avec 14%.
La France, quant à elle affiche un taux de 23% alors que celui de la région Ile-de-France se situe à 21,5% (voir résultats Etude « Vivre la pauvreté quand on est enfant, Photographies de la pauvreté infantile en région Ile-de-France, Rhône-Alpes et PACA »).

► Pour en savoir plus, consulter le communiqué d’Eurostat, ou bien Statistiques en bref, 9/2012, "23% of EU citizens were at risk of poverty or social exclusion in 2010", (disponible uniquement en anglais) en format pdf sur le site web d’Eurostat.

1. Les personnes à risque de pauvreté sont celles vivant dans un ménage disposant d’un revenu équivalent-adulte disponible inférieur au seuil de pauvreté qui est fixé à 60% du revenu médian national équivalent-adulte (après transferts sociaux).
2. Les personnes en situation de privation matérielle grave ont des conditions de vie limitées par un manque de ressources et sont confrontées à la privation d’au moins 4 des 9 éléments jugés fondamentaux.
3. Les personnes vivant dans des ménages à très faible intensité de travail sont les personnes âgées de 0 à 59 ans vivant dans des ménages dans lesquels les adultes (âgés entre 18 et 59 ans) ont utilisé en moyenne moins de 20% de leur potentiel total de travail au cours de l’année passée. Les étudiants sont exclus.

Partager Envoyer Impression